Tcha Limberger

Press

CONCERT REVIEW – Les Violons de Bruxelles – Jazz Hot

16.01.2013

‘A qui revient l’initiative de cette instrumentation inverse du HCF ? Le fruit de quelques jam sessions ? Sans doute ! L’audace (trois violons) est assortie d’arrangements sérieux qui privilégient un son en harmonie sans masquer les riches individualités. Parfaitement soutenus par le tempo sûr, inébranlable de Sam Gerstmans (« Swing 12012 »), les deux violons et l’alto jouent en unissons ou en combinaisons : solos, duos, contrechants, backings, riffs, pizzicatos (« Amoroso »). On pourrait épingler « Place de Brouckère » comme la mosaïque de ces qualités. Il y a bien évidemment des compositions de Django, mais on remarquera plus particulièrement les créations de Tcha Limberger empreintes d’une passion qui, au-delà de ses gênes romanouche, va de la valse viennoise (« Valse Moustache ») aux tangos argentin (« Tcharangito », « La Primera »). Avec « I’m Confessin’ » il dévoile un chant aïgu, bluesy, inventif en scats trompettinés. Complémentaire en rythmique, le guitariste Renaud Dardenne nous distille des solos de très grande qualité (« Place de Brouckère »). Les conversations à quatre (violons, alto, basse) sont réjouissantes, notamment sur « Swing 39 ». Chaque musicien bénéficie du leadership à tour de rôle, mais il serait réducteur d’isoler la fougue de Renaud Crols, la suavité d’Alexandre Tripodi ou le feu de Tcha Limberger ; tous les musiciens sont au service d’un son de groupe. Cette musique sous influences va bien au-delà des seuls canons du swing.’

JEAN-MARIE HACQUIER